Journée internationale de la santé mentale

Publié par le octobre 8, 2015 dans Actualités | Aucun commentaire

« ÇA VA TOUJOURS MIEUX EN LE DISANT »

Bonjour à tous, le 10 ocotbre, c’est la journée internationale de la Santé Mentale. Pour en parler, j’ai choisi d’inviter ma collègue, Amandine Ilolo, qui est non seulement en charge du dossier ici, à Reflet Salvéo, mais qui, vous n’en disconviendrez pas, possède une très belle plume…   G. Marchildon

 

 

 

 

 

ÇA VA TOUJOURS MIEUX EN LE DISANT

Chèr(e)s ami(e)s,

Il faut que je vous le dise : quand je suis arrivée à Toronto, en me promenant sur la place Dundas Square, j’ai été marquée par une seule chose : Les cris. Les cris et l’indifférence.

Les cris de la rue. Pas des cris de joie, mais plutôt des cris de détresse. Ces cris des Autres : ceux qui me semblent en difficulté.

S’installe alors un sentiment de malaise devant le spectacle de cette détresse humaine. Un sentiment de colère devant l’acceptation collective, qui masque une certaine impuissance et finalement, une vigilance exacerbée sur l’environnement dans lequel je vis et qui, de façon insidieuse, pourrait déséquilibrer mon état de bien-être et ma santé.

Mais un jour, quelques mois plus tard, à la fin d’une journée banale, aux prises avec différentes difficultés du quotidien, j’ai réalisé que je pouvais devenir cet Autre…

 

La journée internationale de la santé mentale, comme toutes les journées dédiées, est un simple rappel. Il y a urgence.

Depuis ma prise de fonction à Reflet Salvéo, j’ai pu constater et apprécier l’intérêt et la grande préoccupation de la communauté francophone pour les questions relatives à la santé mentale.

À l’instar des services de santé en général qui sont difficilement offerts en français, les services de santé mentale ne sont pas épargnés. Au-delà de la disponibilité des services, un des plus grands freins à l’accès est le tabou, la stigmatisation.

Reflet Salvéo a fait de cette question une priorité. Des projets voient le jour et participent à la production de ressources en français, permettant d’avoir des données et de mieux identifier les enjeux de la communauté francophone.

De nombreux organismes communautaires ainsi que des fournisseurs sont fortement mobilisés pour que les Francophones puissent avoir accès à des services adéquats et de qualité.

Dans ce contexte, la qualité minoritaire des francophones doit être appréciée comme un atout en soi; il permet de tester et de faciliter la mise en place de modèles, où les services crées répondent aux besoins de la communauté. Nous bâtissons ainsi des communautés où les plus fragiles, ainsi que tout un chacun, sont pris en compte, acceptés et soutenus dans ces moments de difficulté.

 

 

 

Bâtissons des communautés bienveillantes…

Posons un regard sur nos pratiques, sur notre rapport à l’Autre et acceptons cette introspection individuelle et collective, pour améliorer de façon continue la qualité des services que nous offrons et que nous recevons.

 

Ces derniers mois, j’ai eu l’opportunité de travailler sur l’initiative « Intégration des pairs » développée par le Centre de santé mentale et de toxicomanie (CAMH) à Toronto.

Cette approche, que je qualifierais d’audacieuse et bien dans son temps, vise à favoriser une réflexion sur l’émergence de pratiques qui facilitent la collaboration entre usagers des services et professionnels. Elle repose sur la simple idée qu’ensemble, pairs et professionnels peuvent changer le mode de prestation des services.

Initialement développée en anglais, le CAMH a également sensibilisé les acteurs de la communauté francophone, qui s’est immédiatement saisie de ce projet.

Ainsi, un comité réunissant des organismes communautaires, des fournisseurs de services et des usagers francophones a vu le jour et a travaillé à la mise en place d’une session d’information pour la communauté. Je vous donne donc rendez-vous le 30 octobre 2015 pour en savoir plus.

Les inscriptions, c’est par ici ….

Pour finir, en cette journée internationale de la santé mentale, je me demande quel est le geste que je peux poser envers moi-même et envers ma communauté, pour qu’ensemble, nous allions bien.

Comme Pierre Rabhi nous le suggère dans l’histoire du colibri, chacun peut faire sa part.

Prenez soin de vous,

Amandine Ilolo

 

Amandine Ilolo est agente de planification à Reflet Salvéo.

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *