Posts Tagged "santé"

Les deux rails du chemin de fer CSSPH

Publié par le juillet 12, 2017 dans À la une, Articles à ne pas manquer, blogue de Gilles | Aucun commentaire

Les deux rails du chemin de fer CSSPH Le CSSPH est en train de se relancer. J’y vois deux rails d’actions parallèles et prometteuses. Le Centre de Soins de Santé de Peel Halton n’a pas d’existence physique, de bâtiment. Toutefois, les bénévoles qui y oeuvrent souhaitent d’être au centre des enjeux touchant la santé des francophones de la région.   Le CSSPH a connu des chapitres palpitants au cours de ses trois décennies d’existence, se retrouvant au cœur de revendications politiques ayant mené au financement d’une équipe de santé familiale dans Peel-Halton. D’autres périodes furent caractérisées par l’organisation d’ateliers communautaires. Or, on constatait un essoufflement. Il y a quelques mois, il n’y avait plus que deux membres au CA du CSSPH. Il allait doucement, mais sûrement, vers sa belle mort. La belle mort des organismes qui, faute d’un soutien communautaire, vont peupler le cimetière des éléphants administratifs, et n’existent à peine plus que dans la mémoire de leurs membres et dans quelque tiroir poussiéreux d’un ministère.   Mais voilà, un vent nouveau vient souffler dans la voile du CSSPH. Le CA se retrouve complet avec une équipe de 6 personnes dynamiques. C’est une opportunité pour les francophones que Reflet Salvéo soutient allégrement.   J’ai eu l’occasion de participer et d’appuyer deux rencontres du nouveau CA au cours des dernières semaines. Deux rails d’actions se dégagent : informer les francophones des services existants et appuyer l’accès des personnes les plus vulnérables à ces services. Parmi ces dernières, on pense notamment aux personnes immigrantes, LGBTQ, aînées, vivant avec le VIH ou autre maladie chronique ou encore, avec un handicap. Bref, les principes d’équité inspirent les membres du CA et cela s’harmonise parfaitement avec la direction pointée par le ministère de la Santé et des Soins de longue durée qui veut accorder « Priorité aux patients ».   Pour reprendre une phrase parfois galvaudée, « Une communauté en santé, c’est une communauté qui prend sa santé en main. » Cette phrase exprime une vérité, celle de dire que nous recevrons les services qu’on exige et que personne d’autre ne peut aussi bien exprimés les besoins des francophones que les francophones eux-mêmes. Les décideurs du domaine de la santé sont sensibles aux arguments de la communauté. Une salle pleine de francophones qui demandent des services de santé auxquels ils ont droit, cela impose une forme de respect.   Le CSSPH remonte la pente et pourrait jouer un rôle crucial pour que les francophones de Peel-Halton puisse mieux connaître les services de santé et se faire entendre quant à leurs besoins. Les francophones de la région de Peel-Halton sont de plus en plus nombreux et ils ont envie d’être servis en français. Les bénévoles qui s’investissent et sont prêts à jouer un rôle de leadership méritent notre admiration et notre appui. Chose certaine, ils ont celui de Reflet Salvéo....

Lire l'article

Besoin de services de santé en français à Etobicoke : La communauté francophone s’est exprimée samedi 6 mai dernier

Publié par le mai 25, 2017 dans À la une, actualités, Articles à ne pas manquer, blogue de Gilles | Aucun commentaire

Besoin de services de santé en français à Etobicoke :  La communauté francophone s’est exprimée samedi 6 mai dernier

Besoin de services de santé en français à Etobicoke : La communauté francophone s’est exprimée samedi 6 mai dernier « Aujourd’hui, je décide de donner la parole à Constant Ouapo, notre agent de plannification, qui vous raconte comment il a vécu la journée du 6 mai dernier. Reflet Salvéo organisait une rencontre communautaire pour parler de la meilleure façon de parler de la mise en place de service de santé en français à Rexdale. Comme si vous y étiez. » Gilles Marchildon   Reflet Salvéo a présenté samedi 6 mai dernier, les résultats de son sondage sur les besoins en soins primaires de la communauté francophone d’Etobicoke. C’était au Centre de Santé Communautaires Rexdale. En participant massivement à cette rencontre, vous avez démontré de façon remarquable votre intérêt pour les services en français et votre envie de vous faire soigner dans votre langue. C’était tout simplement émouvant!   Et pourtant, rien dès le départ, ne présageait un tel succès et ce, malgré nos multiples efforts pour communiquer avec les gens (par courriel, téléphone et en personne. Ce jour-là, la météo n’était pas en notre faveur. Resté constamment nuageux depuis deux jours, le ciel n’arrêtait pas de nous arroser d’une fine pluie accompagnée d’un froid hivernal. Tout était réuni plutôt pour un repos paisible à la maison, qu’un déplacement pour participer à un évènement communautaire.   Toute illusion d’un succès en termes de mobilisation de la communauté avait fini par me quitter. Au fur et à mesure que l’heure de démarrage de l’évènement (17h) approchait, l’anxiété s’installait. Toute mon assurance au départ inébranlable, faisait graduellement place à un optimisme plutôt factice. Jusqu’à 17h30 nous n’avions enregistré qu’une poignée de participants (moins d’une dizaine). L’angoisse se lisait sur le visage de chaque organisateur de l’événement. La détresse commençait à s’installer; puis tout-à-coup, miracle! Comme par enchantement, la salle à commence à se remplir. Des cris d’enfants fusent de toutes parts. Des bruits de chaises et des appels à la discipline indiquent une course ouverte vers le peu de sièges encore inoccupés. Des exclamations joyeuses célébrant les retrouvailles entre parents et amis se font bruyamment entendre. Enfin, l’espoir est de retour, annonçant un évènement d’un grand intérêt.   Fallait-il s’en étonner? En répondant au sondage, vous aviez été très clairs dès le départ : « Il est incompréhensible que des francophones ne puissent pas se faire soigner en français au Canada où le français constitue l’autre langue officielle. Aidez-nous à obtenir nos services de santé en français plus près de chez nous». Vous étiez donc venus réitérer et confirmer cet appel.   L’événement a débuté par la reconnaissance du territoire traditionnel des Premières Nations sur lequel la rencontre s’est déroulée. Safia Ahmed, directrice générale du Centre de Santé Communautaire Rexdale, a souhaité la bienvenue à la communauté et l’a remercié d’être venue si nombreuse. Elle a invité chacun à considérer le centre comme son second domicile. A sa suite j’ai remercié les partenaires et membres de la communauté au nom de Reflet Salvéo, puis situé le cadre de la rencontre. Quant à Dieufert Bellot, Coordonnateur des services en français du RLISS Centre-Ouest, il a expliqué le mandat des RLISS, en prônant une approche collaborative incluant la communauté, pour une mise en place réussie de services de santé en français. Julie Lutete, directrice générale de l’Auberge Francophone a clôturé la série d’allocutions en soulignant le rôle vital qu’a joué son organisme dans la collecte des données du sondage.   Au cours des débats animés qui ont suivi la présentation des résultats du sondage et des services qu’offre le CSC Rexdale vous avez réitéré votre souci de voir des...

Lire l'article

Bonne année, bonne santé.

Publié par le janvier 1, 2017 dans À la une, actualités, blogue de Gilles | Aucun commentaire

Bonne année, bonne santé.

Bonne année, bonne santé.   Il y a une raison pour laquelle le rituel des souhaits de bonne année s’accompagne d’un souhait de bonne santé. Au fil du temps, nous avons ajouté d’autres bienveillances : « plein de bonnes choses » « le meilleur » « de la réussite » etc. Mais vous serez d’accord avec moi pour dire qu’en fin de compte, ce qui compte, c’est la santé. Mieux vaut être pauvre et en bonne santé, que riche et malade, dit le dicton. Tandis qu’un autre adage populaire nous appelle à ne pas « être le plus riche du cimetière ». La santé, la bonne santé, physique, mentale, serait donc le secret du bonheur ? Faisons confiance en la vieille sagesse populaire, et admettons cette hypothèse. La bonne santé mène au bonheur. Pas à l’allégresse, ni à la joie. Pas à la fortune, ni à la chance, ni à la félicité. Non, au bonheur, étymologiquement, « bon eür », eür qui vient du latin auquirium, qui a une signification bien particulière. Il s’agit d’un accroissement accordé par les dieux à une entreprise humaine. Bref, l’état de bonheur est un état durable, progressif, tout en étant un but en soi. Un but dont le droit à la poursuite est d’ailleurs inscrit par nos voisins américains dans leur constitution. Et, mes chers amis, au moment de vous présenter mes vœux de bonheur, permettez-moi une pensée toute particulière pour ceux qui nous garantissent cet accès au bonheur, et en particulier à ceux qui sont en première ligne de notre santé, et dont les conditions ne sont pas toujours faciles. Permettez-moi une pensée pour les infirmières et les infirmiers, pour les médecins, les standardistes. Pour ceux qui pensent à faire de l’offre active de services en français, et pour ceux qui le feront en 2017. Permettez-moi de vous souhaiter, en 2017, tout le bonheur du monde. Et surtout, la santé. Après-tout, c’est le plus important, n’est-ce pas ? Gilles...

Lire l'article

22 pompes.

Publié par le octobre 13, 2016 dans À la une, actualités, blogue de Gilles, Uncategorized | Aucun commentaire

22 pompes.

22 pompes.   Chacun ses petits plaisirs. J’aime faire des longueurs, à la piscine. Trois fois par semaine, je m’immerge, et je nage. Ma tête se vide, je pense à autre chose. Et je fais un peu de gymnastique, le matin. Mais je le garde pour moi. À quoi bon en parler ? L’autre jour, je suis tombé sur une vidéo de Serge Paul, que vous connaissez peut-être : il est très actif dans la communauté, et il travaille pour le Conseil Scolaire Viamonde. Notre ami Serge faisait des pompes en pyjama. Cela m’a intrigué, et j’ai décidé de lui en demander plus. Voici son texte. Gilles Marchildon   Tout a commencé un beau matin d’automne, lorsque les feuilles rougeoient sur la cime des arbres. En buvant mon thé, je jetais un coup d’œil machinal à mon téléphone. Parmi la dizaine de notifications inutiles, un petit pouce bleu. Facebook. Le nom d’une amie. Julie-Kim. J’aime bien Julie-Kim, c’est une chanteuse des Chiclettes, avec une belle voix grave et beaucoup d’humour. Julie me proposait un « défi ». Je ne sais pas si c’est parce que j’aime les jeux, mais ça m’a tout de suite intrigué. Mon excitation est un peu retombée quand j’ai lu de quoi il s’agissait. Faire 22 pompes. Tous les jours. Pendant 22 jours. Et se filmer.   Sans entrer dans les détails, je ne suis pas un grand sportif. Je l’ai été du temps de ma jeunesse folle, mais depuis une dizaine d’années, je ne cours que derrière les bus.   En revanche, j’aime beaucoup regarder le tennis et les sports extrêmes sur Internet. Et surtout, je passe un temps fou à me répéter le même mantra : « demain je me remets au sport ! »   J’ai supprimé la notification d’un mouvement machinal de pouce, et je me suis replongé dans ma petite routine. Une routine qui m’a conduit à un escalier, et à être essoufflé au bout de 10 marches. Bref, après tout, l’idée de faire de l’exercice n’était peut-être pas si absurde. Et puis, se filmer n’était peut-être pas une si mauvaise idée. Le regard et les encouragements des autres allaient me motiver, me pousser à la constance.   Le lendemain, dans mon sublime pyjama à carreaux (je ne voulais me trouver d’excuses et le ridicule n’a jamais tué personne), j’ai posé mon téléphone, et je me suis lancé.   L’effet recherché (se sentir mieux) n’a pas tout de suite été atteint, loin s’en faut. Mes amis, je dois l’avouer, j’avais même mal aux bras. Mais la vidéo me mettait au pied du mur, alors, j’ai décidé de continuer, simplement, par curiosité, pour voir où tout cela me mènerait.   Cela fait maintenant 5 jours que je fais mes 22 pompes quotidiennes (parfois 44 pour relever d’autres défis d’amis que je nomine par la suite) et j’y prends du plaisir finalement.   D’une part car je peux me tenir à un objectif physique (et je vais le tenir jusqu’au bout !!) et d’autre part car il semble que cela motive d’autres personnes qui me suivent sur les médias sociaux, un effet boule de neige peut-être, et surtout un gonflement de mon égo ! Et puis, j’ai remarqué des petits changements dans ma vie de tous les jours. Devant un escalier, je suis plus serein. J’arrive à entrer dans cette petite chemise cintrée que je n’avais plus porté depuis 5 ans. Même mon humeur a changé. Je ris plus, je souris plus, je suis plus léger.   Aujourd’hui je me sens mieux dans la journée et j’ai même ajouté à mes exercices, 22 abdominaux et des étirements pour ne...

Lire l'article

Une semaine de présidence

Publié par le septembre 8, 2016 dans actualités, blogue de Gilles | Aucun commentaire

Une semaine de présidence

Pour ce message de blog, je suis heureux de laisser la plume à notre nouvelle présidente, Isabelle Girard. Isabelle connait très bien le système de santé, puisqu’elle a travaillé comme coordonnatrice des services en français du RLISS du Centre-Ouest, après avoir occupé le poste de directrice générale adjointe des Centres d’Accueil Héritage de 2008 à 2012. En février 2013, elle est retournée aux CAH en tant que directrice, poste qu’elle occupe avec bonheur aujourd’hui. Isabelle était jusqu’à présent la vice-présidente de Reflet Salvéo. Félicitation à elle ! Gilles Marchildon – Directeur général de Reflet Salvéo   Une semaine de présidence    Cela fait une semaine que j’ai l’honneur d’être présidente du Conseil d’administration de Reflet Salvéo. Durant cette courte période, j’ai eu la chance d’accorder une entrevue à l’Express (à retrouver ici).    Avant tout, j’aimerai rendre hommage à ma prédécesseur, Marlène Thélusma Rémy. Marlène va manquer à Reflet Salvéo. Humainement d’abord, car sa bonne humeur attentionnée fut bénéfique à bien des réunions; sa gentillesse et son intelligence pétillante nous ont servi de guide. Elle va nous manquer également au niveau de sa vision. Marlène souhaite aux Francophones le meilleur, et c’est avec cette douce intransigeance qu’elle s’adressait à nos partenaires, y compris gouvernementaux. Si elle était exigeante avec le travail des employés de Reflet Salvéo, elle l’était autant avec le sien. Je ferai de mon mieux pour continuer sur cette lancée. Ou plutôt, nous continuerons tous sur cette lancée. Car depuis la dernière AGA, c’est le CA dans son ensemble qui est renouvelé. Avec 4 nouveaux membres, nous repartons avec du sang neuf.   Pour ma part, j’aimerais me concentrer sur 2 objectifs stratégiques qui seront d’une grande importance pour l’avenir de l’offre de services en français au sein du système de santé ontarien.   Tout d’abord : améliorer l’expérience de la population francophone au sein du système de  santé. Selon nos analyses, cette amélioration passe, entre autres, par la promotion de l’offre active. L’offre active, c’est s’assurer que les fournisseurs de services puissent proposer des services en français de manière active, dès l’accueil, afin que les patients francophones n’éprouvent aucune gêne à en faire la demande.   Ensuite, je souhaiterai que Reflet Salvéo participe pleinement à la transformation du système de santé. Car le système change drastiquement, tant au niveau des soins de santé primaires que des soins de santé communautaires et à domicile. Nous nous assurerons  que les services en français soient pris en compte au niveau même de la planification de cette transformation. Enfin, en travaillant à ces objectifs, Reflet Salvéo vise l’atteinte de l’équité en santé pour les Francophones. En d’autres termes, l’accès à une gamme de services de qualité en français pour tous ceux qui le souhaitent.   En conclusion, j’aimerais vous remercier pour le soutien que vous nous avez montré en venant nombreux (près de 80 personnes) à notre AGA. Vos encouragements nous font chaud au cœur et nous poussent à nous dépasser. Notre nouveau CA est un reflet fidèle de la communauté francophone de la région de Toronto. Entre nouveaux arrivants de cultures africaines, caribéennes, québécoises, malgache, mauricienne ou européennes, entre représentants des communautés LGBTQ, entre personnes de croyances diverses, nous saurons créer une harmonie studieuse, mise au service d’une cause : améliorer les services de santé en français dans nos régions. Isabelle Girard – présidente de Reflet Salvéo...

Lire l'article