Un triste jour où tout a basculé

Publié par le avril 30, 2018 dans À la une, actualités, blogue de Gilles | Aucun commentaire

Au lendemain de la tragédie du camion-bélier à Yonge et Finch qui a tué une dizaine de piétons et fait une quinzaine de blessés graves, l’équipe de Reflet Salvéo se réunissait pour sa rencontre d’équipe hebdomadaire. Celle-ci nous a permis de nous pencher sur les questions suivantes :

Comment une personne peut en venir à commettre de tels actes? Peut-on parler de santé mentale ?

De cette conversation plusieurs perspectives intéressantes émergent :

  • comment un tel crime nous désarçonne car on reconnaît son aspect aléatoire (quiconque de nous aurait pu être à la place des victimes);
  • le courage et le sang-froid du policier qui interpella le conducteur, ce dernier semblant vouloir qu’on l’abatte sur-le-champ;
  • et une troisième perspective qui pourrait surprendre mais qui pousse à la réflexion : qu’est ce qui s’est produit dans la vie de ce jeune homme pour en arriver là? Certaines personnes posent des gestes atroces et irréversibles et bien souvent la raison nous échappe. D’autres souffrent d’anxiété et de malaises puis sombrent dans un état dépressif et finissent par mettre fin à leurs jours. Comme pour la vie qui est ponctuée de nuances de gris, chaque situation varie selon la personne et le contexte. La santé psychologique n’est ni chose simple ni une excuse. Mais il faut apprendre à en parler et à reconnaître les signes de détresse ou de dérapage afin de trouver un équilibre et éviter que de tels drames ne se reproduisent.

En cette Semaine de la santé mentale, nous souhaitons rappeler qu’il est important de poser des gestes et de faire de l’inclusion une réalité. De plus, il faut davantage d’investissements pour assurer une plus grande gamme de services et mieux rejoindre les gens qui en ont besoin. Toutefois, nous pouvons tous et toutes jouer un rôle canalisateur en étant proactifs et proactives autour de nous pour tisser des liens avec autrui. Cela est bon pour le maintien d’une bonne santé mentale individuelle et pour le bien-être de la collectivité.

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *